Les 10 meilleurs athlètes français des derniers jeux olympiques de Sotchi

 

Martin Fourcade

Jean-Frédéric Chapuis

Pierre Vaultier

Vincent Gauthier-Manuel

Steve Missilier

Marie Bochet

Solène Jambaqué

Marie Martinod

Coline Mattel

Chloé Trespeuch

 

Sotchi, c’est fini… et cette année, les délégations françaises aux Jeux Olympiques d'hiver et aux Jeux Paralympiques ont signé d’excellents résultats.

 

Aux JO, la France termine au dixième rang en remportant 15 médailles (4 en or, 4 en argent et 7 en bronze) et aux Jeux paralympiques, notre Hexagone se classe cinquième avec 12 médailles (5 en or, 3 en argent et 4 en bronze). Nous vous proposons de revenir sur certains de ces athlètes qui nous ont fait vivre des moments intenses à travers un Top 10 d’athlètes masculins et féminins, parfois plusieurs fois médaillés

Martin Fourcade

Chez les hommes, c’est sans conteste Martin Fourcade qui arrive en numéro un. A 25 ans, avec ses 2 médailles d’or en 12.5km poursuite homme et 20km individuel hommes puis une médaille d’argent en 15km départ groupé homme, le Pyrénéen de Céret, établi dans le Vercors avec sa compagne, rajoute encore 3 podiums à son palmarès déjà impressionnant. Adepte du ski nordique, du biathlon et du triathlon depuis le lycée où il a suivi une filière sportive, il fait partie de l’école militaire de haute montagne de Chamonix. En 2013, il a été le premier français à recevoir la médaille Holmenkollen (la plus haute distinction norvégienne du ski nordique, rarement attribuée à des skieurs non-nordiques) et depuis le 29 mars, il est (enfin) champion de France de ski nordique. Grâce à ses trois médailles, Martin remporte une belle prime de 120 000 euros.

Jean-Frédéric Chapuis

Après avoir été le premier champion du monde français de skicross à 24 ans, Jean-Frédéric Chapuis vient de rapporter de Sotchi la première médaille olympique de la France dans cette même discipline. Rappelons qu’il a réalisé avec ses deux meilleurs potes un triplé historique. Le jeune savoyard skicrosseur professionnel, empoche donc 50 000 euros grâce à sa médaille d’or. Pour arriver au top de ce sport assez dangereux et inspiré du moto cross version ski avec des vitesses avoisinant les 90km/h, Jean-Frédéric s’entraîne dur 8 mois par an et participe aux compétitions le reste de l’année. Le Savoyard qui s’entraîne à Val Thorens, avoue aimer les montées d’adrénaline et le fait de jouer avec ses limites. Nul doute que grâce à lui, le skicross va acquérir ses titres de noblesse en France. 

Pierre Vaultier

Autre style pour une autre médaille d’or :Pierre Vaultier, en snowboardcross. Une progression régulière pour ce jeune briançonnais de 26 ans qui de la 35ème place aux JO de Turin en 2006, est passé 9ème aux JO de Vancouver en 2010 pour terminer vainqueur à Sotchi en 2014, avec une attelle et malgré sa déchirure du ligament croisé antérieur ! Il a débuté en snowboard à l’âge de 6 ans à Serre-Chevalier et évolue toujours au sein de ce club. Sa carrière a été ponctuée par de sérieuses blessures (2009, 2011, 2012, 2013) mais une volonté de fer lui a toujours permis de revenir, plus fort. Le champion olympique et triple champion de France va désormais pouvoir retourner à l’UJF de Grenoble pour continuer sa licence de géographie, grâce au programme d’étude à distance Inter’val qui permet de concilier sport de haut niveau et études. Son pactole de 50 000 euros va sans doute bien faciliter sa vie étudiante dans les prochains mois… 

Vincent Gauthier-Manuel

Le dernier athlète français à avoir remporté une médaille d’or à Sotchi se nomme Vincent Gauthier-Manuel et c’était en slalom géant lors des jeux paralympiques. C’est également lui qui a été le porte-drapeau de la délégation française pour ces JO d’hiver. Signalons au passage qu’il a aussi raflé l’argent en slalom et le bronze en descente, ce qui lui rapporte en tout 83 000 euros. Agé de 27 ans, le Jurassien est né sans avant-bras gauche, ce qui lui vaut le surnom d’Abraracourcix. Bien qu’il ait été quadruple champion du monde en 2011, cet « éternel insatisfait en quête d’innovation constante » d’après sa compagne, ne voit pourtant pas sa vie que dans le ski… En attendant, ce titulaire d’un BTS en microtechnique, travaille à mi-temps en bureau d’étude chez Lacroix Emballages, ce qui lui permet de s’entraîner et de participer à de nombreuses compétitions…

Steve Missillier

Enfin, le dernier athlète masculin de notre Top10 s’appelle Steve Missilier et il a remporté une médaille d’argent en slalom géant ainsi que 20 000 euros. Domicilié au Grand Bornan, il commence à skier très tôt et a suivi une filière ski-étude à Albertville. Il fait partie de l’équipe de France depuis ses 18 ans. Calme et réservé d’après ses propres dires, voire timide face aux micros, il n’en est pas moins passionné et fonceur… La preuve, il a terminé à 48 petits centièmes derrière le champion olympique… alors qu’il avait failli ne pas être sélectionné pour Sotchi ! A 29 ans, le papa du jeune Gaspard peut être fier car il a clairement prouvé qu’il méritait sa place au sein de l’équipe en signant la plus belle performance de sa carrière, alors qu’il n’était que 10ème lors de la première manche. 

Marie Bochet

A ces jeux olympiques et paralympiques, les dames ne sont pas non plus en reste. Commençons par l’athlète handisport Marie Bochet qui a été à la hauteur de nos attentes. Cette jeune savoyarde de 20 ans, née avec une agénésie de l’avant-bras gauche, détenait déjà sept titres mondiaux avant de rafler quatre médailles d’or (et 200 000 euros) en Super G, descente debout, super-combiné et géant debout. En récompense, elle est devenue la porte-drapeau pour la cérémonie de clôture. Sur les skis depuis l’âge de 5 ans, elle a fait ses études dans une section ski à Albertville et vient de décrocher son bac. Etudiante en éco-gestion à l’université PMF de Grenoble, Marie envisage de devenir enseignante. En attendant, celle qui avoue carburer au Beaufort vient d’être élue sportive internationale handisport de l’année par l’Académie Laureus.

Solène Jambaqué

Autre grande athlète handisport avec un parcours exemplaire : Solène JambaquéMalheureusement pour la France, elle tire sa révérence à 25 ans à peine, suite à un problème de genou qui s’ajoute à son hémiplégie du côté droit. Comme Pierre Vauthier, Solène a aussi concouru avec une attelle et elle termine sa carrière en beauté à Sotchi, avec une médaille d’argent en Super G catégorie debout et une médaille de bronze en Slalom géant catégorie debout. Les 33 000 euros qu’elle va recevoir aideront sans doute cette kinésithérapeute de formation à réaliser son rêve : ouvrir son propre cabinet. Après huit médailles olympiques dont deux en or et après 11 ans passés en équipe de France, celle qui a le plus contribué à valoriser le handiski mérite bien sa retraite sportive ! 

Marie Martinod

C’est dans la toute première épreuve olympique de l’histoire du half-pipe que Marie Martino d a réussi à décrocher une médaille d’argent (et 20 000 euros) 7 ans après avoir été médaillée aux Winter X Games d’Aspen en 2006. A 29 ans, la Savoyarde a tenu à représenter sa discipline aux JO de Sotchi et à gagner, ce qui n’était par couru d’avance puisque Marie a vécu loin de la compétition pendant de longues années : elle et son homme tenaient un bar à La Plagne (le Code-bar) et sont devenus parents en 2009. Fin 2011, son amie canadienne Sarah Burke, pionnière de la discipline comme elle, lui demande de revenir à la compétition, en vue des Winter X Games de Tignes en 2013 et des JO. Mais Sarah se tue lors d’un entraînement en 2012 et pour elle, Marie se doit de gagner. Alors elle s’entraîne sans relâche, allant jusqu’à faire des abdos devant les dessins animés qu’elle regarde avec sa fille. Elle vient de prouver au monde entier que les athlètes trentenaires sont toujours au top de leur forme dans un sport qui a bien changé en six ans… 

Coline Mattel

La France peut se targuer d’avoir la première médaillée olympique française dans une discipline jusqu'alors réservée aux hommes : le saut à ski. C’est Coline Mattel, 18 ans, qui a décroché la médaille de bronze et 13 000 euros. Malgré son jeune âge, cette étudiante en licence art du spectacle à l’Université Grenoble 3 détient déjà quatre médailles mondiales junior en saut à ski et sa médaille olympique lui permet de devenir la deuxième plus jeune Française médaillée aux jeux olympiques d'hiver. Cette fan de Dire Straits est aussi une passionnée de théâtre qu’elle pratique en amateur depuis 7 ans et dont elle espère bien faire son métier. Autre type de planches, mais planches toujours…

Chloé Trespeuch

Enfin, dernière médaillée prometteuse : Chloé Trespeuch   qui a remporté le bronze (et 13 000 euros) en snowboard cross à 19 ans à peine. Cette jeune athlète a créé la surprise où on ne l’attendait pas, puisqu’elle aussi s’était blessée aux ligaments croisés. Mais Chloé est volontaire et tenace et c’est une surdouée de cette discipline dans laquelle elle a été championne d’Europe à l’âge de 16 ans et deux fois vice-championne. Sur les skis dès l’âge de 6 ans, elle partage sa vie entre la Vendée et la Savoie et suit les traces de son frère, également plusieurs fois médaillé international. Juste titulaire du bac après avoir fait une section sport étude « Pôle France Snowboard » à Albertville, elle démarre des études supérieures à Annecy, espérons qu’elle continuera à pratiquer le snowboard et à perpétuer la tradition, puisque depuis son introduction au programme olympique, cette discipline a toujours ramené une médaille à la France ! 

02-Apr-2014, 00:01


close GamblingPlanet.eu